Angelo da Campo (Vérone, 1735 – 1826), Paysage avec bergers et chevaliers

Auteur: ANGELO DA CAMPO (Vérone, 1735 – 1826)
Titre: Paysage avec bergers et chevaliers
Technique: Huile sur toile
Dimensions: 120 x 137 cm
Epoque: seconde moitié du XVIIIe

Le tableau est accompagné d’une expertise de Pier Luigi Fantelli qui l’attribue à Angelo da Campo de Vérone. L’hypothèse est étayée par l’existence d’une toile très comparable à celle-ci, signée « Angelus de Campo F. ». Vérone » et datée de 1772, qui est passée sur le marché des antiquités il y a quelques années à la galerie Ribolzi de Monte-Carlo.

Da Campo s’est probablement formé auprès de Michelangelo Prunati, comme le rapporte Diego Zannandreis, qui a consacré une biographie à l’artiste dans son Vite dei pittori, scultori e architetti veronesi / Vies des peintres, sculpteurs et architectes véronais (publié en 1891, mais écrit dans les années 1830) ; plus tard – toujours selon Zannandreis – il « s’est mis à travailler seul, peignant plusieurs toiles et tableaux qui lui ont valu de l’estime ».

Les premières œuvres connues de l’artiste sont les fresques de la Villa Fracanzani à Ponso, près de Padoue, réalisées en 1768 en collaboration avec le quadraturiste bolonais Filippo Maccari ; les deux artistes ont également réalisé ensemble la décoration du hall de la Villa Marioni Pellegrini à Chievo, représentant l' »Apothéose d’Hercule », masquée par la suite par des repeints modernes. À la même époque, l’artiste doit avoir peint le retable de l’église paroissiale de Ponso, représentant l' »Assomption de la Vierge », qui reflète le style de Giambettino Cignaroli et d’Antonio Balestra.

De 1774 à 1777, puis de 1784 à 1787, Angelo da Campo assume le rôle de « maestro di settimana » (maître de semaine) à l’Académie de peinture qui avait été fondée en 1764 par Cignaroli ; puis de 1789 à sa mort, il occupe à trois reprises le poste de directeur.

La commande la plus importante de l’artiste remonte à 1786 : la « Rencontre entre saint Ambroise et l’empereur Théodose », peinte pour l’église de Sant’Ambrogio di Valpolicella à la demande du noble Giorgio Volpini.

Les sources anciennes nous apprennent que Da Campo avait la réputation d’être un bon portraitiste. Zannandreis rappelle également qu’il était connu pour ses paysages « d’excellente facture avec des figures de chevaliers et de dames à cheval », « comme on peut le voir dans la maison Bernini, à S. Salvator vecchio à Vérone », dont la toile présentée ici est un exemple précieux. L’expertise du professeur Fantelli montre comment les suggestions néoclassiques et académiques que l’on retrouve dans les figures des bergers « éduqués » s’unissent à un rendu presque « préromantique » du paysage fluvial, même s’il est fortement « veiné de souvenirs de la Porte et du paysage de Vérone du XVIIIe siècle ».

Cliquez ICI pour voir la description complète Catalogue des vingt-cinq ans 2017/2018, pg. 88-89. »